FÀKAN

Ntɔ Sise >                                                                                                     2016 06 23

PREMIERE PARTIE : DESCRIPTION LINGUISTIQUE

CHAPITRE I :  PHONOLOGIE

I.Tons
Il existe trois tons ponctuels en sénoufo, bas (B), moyen (M) et haut (H). Les tons modulés sont des combinaisons de tons ponctuels.

  bas (B), moyen (M) haut (H).
Exemples de nom sɔlɔ groupe de culture suro repas tuwi exode
exemple de verbe fɔlɔ accepter foro sortir yere eux

 

I.1. Ton lexical
Chaque syllabe d’un mot porte son ton. Dans ce cas il arrive que le ton soit unique pour l’ensemble des syllabes d’un mot. Mais on constate aussi des schèmes tonals modulés. Le tableau suivant en est une représentation :

  SCHEMES TONALS
  B BM BH M MB H HB HM
Exemple                
monosyl-labique nu vache     gbo défunt        
disyl-labique lile ceci sisɔ farine kata escargot sege champ suro repas tuwi exoder    
trisyl-labique kalaga aire   kagboli cardinal yaraga chose sigire herbe tuluwi ver samuwi fil rouge gbotɛlɛ salamandre
quadrisyl-labique kasɔrɔgɔ mur              

L’on notera qu’il existe un schème tonal moyen stable et un autre dit fluctuant. La différence de comportement de ces deux réapparait dans le schème tonal d’un mot composé.

I.2. Shème tonal défini
La syllabe qui termine un nom défini porte toujours un ton haut quelque soit la qualité des autres tons du radical du mot.

I.3. Shème tonal composé

Ton suivant Ton précédent EXEMPLE Schéma
Bas-uni bas mi da:li B-BH
mi da:la B-BB
moyen mu da:li M-MH
mu da:la M-MM
Haut pere da:li H-BH
pere da:la H-BB
Moyen 1 bas mi segi B-BH
mi sege B-BHb
moyen mu segi M-HH
mu sege M-MHb
Haut pere segi H-HH
pere sege H-HHb[1]
Moyen 2 bas mi gba:gi B-MH
mi gba:ga B-MM
moyen mu gba:gi M-MH
mu gba:ga M-MM
Haut pere gba:gi H-MH
pere gba:ga H-MM
Haut bas mi fa:li B-HH
mi fa:la B-MB
moyen mu fa:li M-HH
mu fa:la M-HB
Haut pere fa:li H-HH
pere fa:la H-HB

 


[1]              Ce signe (b)est une inflexion descendante de la voix mais ne represente pas un ton puisqu’il partage la même syllabe que le dernier ton haut.

 

1.4. mot sans ton
Certains mots outils, surtout des adjectifs n'ont pas de tons propres. Ce sont des mots qui prennent un ton imposé par l'environnement, un ton recessif.
ŋͻnjɛngɛ = de bien

1.5. La variation tonale dialectale
Nombre de dialectes font la structure tonale différemment du dialecte pomporo.
Ex : wi a kaari segi ni = il est allé au champ
Cette phrase prend la structure tonale selon les dialectes

Pomporo HBBHMHB
Kulèrè HBHHMBH
Forgeron MMMHBH

 

II.Inventaire phonologique
Tous les sons du sénoufo sont réalisés avec air pulmonaire expiré, donc il n’existe pas de sons implosifs.

II.1.Analyse des oppositions
II.1.1.Oppositions consonnantiques
b/p    kabãga = côté; kapãga = balai
b/gb   bi bɛlɛ   =   être gros; bi gbɛlɛ =faire sécher au feu
b/m  bi =infinitif ; mi = moi
/b/ est une consonne occlusive bilabiale sonore
p/b   pogo = complet ; bogo  = étagère         
p/kp   para  =  manière de déchirer ;kpara =manière de tomber
p/m   pa?a   = rend incomplet ; ma?a =rince
/p/ est une consonne occlusive bilabiale sourde
m/p   murugo  = trompe ; purugo =épi, moignon
m/b/  bi mu:ni = enduire ; bi bu:ni = perdre
/m/ est une cononne nasale bilabiale sonore
gb/b  bi gbɛ:ri = attiser le feu ; bi bɛ:ri = piéger
gb/kp  gbelegbele = dur ; kpelekpele = bien entendu
/gb/ est une occlusive labio-vélaire sonore
kp/gb  gba?agba?a = costaux ; kpa?akpa?a =sec-sec
kp/p  kpere = grands ouverts ; pere = eux
kp/k  kere = cela; kpere = bien ouvert
/kp/ est une consonne occlusive labio-vélaire sourde
t/d   kata:la = imprévu ; kada:la = paume de la main
t/p  tere = cela ; pere = eux
/t/ est une cononne occlusive, alvéolaire sourde
d/t   dogo  = une poitrine ; togo = une lèpre
d/b   bi do = soulever ; bi bo =prendre une gorgée
/d/ est une  consonne occlusive alvéolaire sonore
k/g  korogo  = une chaise ; gorogo = une terre possedée
k/kp   kiri  =  tout plein  ; kpiri = tout profond
k/h  pas d’opposition. h est une variante contextuelle de k.
/k/ est une consonne occlusive vélaire sourde
g/k   ga?ã =  un mille-pattes  ; ka?ã = un village
g/gb  gele = une dette  ; gbele = une entrée
/g/ est une consonne occlusive vélaire sonore
n/m   ninɛ = ici  ; nimɛ = là-bas
n/ɲ   niyi = les vaches ; ɲiyi = les aubes
n/ŋ   bi nɔ:ri = empaler  ; bi ŋɔ:ri = têter
/n/ est une consonne nasale alvéolaire sonore
ɲ/n  bi nige = tremper ; bi ɲige = raffraichir
ɲ/ŋ  ɲawi = aîné ; ŋawi = jumeau
/ ɲ / est une consonne nasale palatale
v/f   vogo  = hutte ; fogo = infatuation
v/dʒ  bi vo = toucher un peu ; bi dʒo = attrapper
v/w   bi va?a  = être léger ; bi wa?a = être dur
/v/ est une fricative  palatale sonore õĩũ
f/v  fã:fã:gi  = le nuage ; vã:vã:gi = la guêpe
f/w   ma faha = être léger ; ma waha = être dur
/f/ est une consonne fricative palatale sourde
dʒ /tʃ  dʒɛ̃gɛ = jabot ; tʃɛ̃gɛ  = antilope
dʒ /z  bi dʒo  = dire ; bi zo  = déféquer
/ ʒ / est une consonne affriquée palatale sonore
tʃ/dʒ  tʃele = morceau  ; dʒele  = note de balafon
tʃ/s  tʃɛlɛgɛ   = femelle ; sɛlɛgɛ  = peau
/tς/ est une consonne  consonne affriquée palatale sourde
z/ ʒ  bi zɔ͂ = pousser à ; bi  ʒɔ͂ = passer la nuit
z/s   zãwi  = 2ème fils ; sãwi  =  l’annonce de décès
z/j  bi jogo   = devenir ombrageux ; bi zogo = être collé à
/z/ est une consonne afriquée alvéolaire sonore
s/z  zɔmɔgɔ  = plante vénéneuse ; sɔmɔgɔ  = le fait de se rappeler
s/ʃ   sige = attendre ; ʃige = plume
/s/ est une consonne afriquée alvéolaire sourde
ʃ/c   ʃelege = fromager tʃelege = noyau
ʃ/ ʒ   ʃelege = un fromager  ; ʒelege = nom d’un masque
ʃ/s   ʃige = plume ; sige = attendre 
/ ʃ / est une consonne afriquée palatale sourde
ʃ/ʒ  ʒelege = nom d’un masque ; ʃelege = fromager
ʒ/z  bi ʒɔ͂ = passer la nuit ; bi zɔ͂ = pousser
/ ʒ/ est une consonne afriquée palatale sonore
l/r  bi zala = peler ; bi zara = écharder              
l/n    bi lɔ = être gluant ; bi nɔ=arriver
/l/ est une consonne alvéolaire sonore
r/l   bi zere = prier ; bi zele = commencer
r/w   ʃɛ̃ri = la parole ; ʃɛ̃wi = la personne
/r/ est une consonne vibrante alvéolaire sonore
j/dʒ   bi ja: = faire cadeau ; bi dʒa: = chercher
j/w  bi ja?a = laisser ; bi wa?a = sécher
/ j / est une consonne sonnante  alvéolaire sonore
w/j  were = nous ; jere = vous
/w/ est une consonne sonnante platale sonore
?/g

 

On ne trouve pas d’opposition entre / ?/ et les sons /k/ et /g/ respectivement. h/est une variante
variante contextuelle de /k et g/ qui apparait entre deux voyelles identiques[1].


[1]           Il a été retenu dans l’alphabet officiel du sénoufo au Mali pour des raisons orthographiques

 

II.1.2.Tableau consonnantique du sénoufo

    bilab lab/ dent lab/ vélaire alvéolaires alv/pal vélaires glottales
Occlusives sonore b   gb d   g  
  sourde p   kp t   k ?
Nasales sonore m     n ɲ ŋ  
  sourde              
fricatives sonore   v   z ʒ dʒ  
  sourde   f   s ʃ tʃ  
latérales sonore       l      
  sourde              
Vibrante sonore       r      
  sourde              
Sonnante sonore       j   w  
  sourde              

 

II.1.3. Oppositions des voyelles
a/ɔ     ma kɔrɔ =tordu                 ; ma kara = sale
a/ɛ     ma ja?a  =laisser            ; ma jɛ?ɛ = réajuster
/a/ est une voyelle centrale, ouverte,
u/i     bi giri   = mesurer            ; bi guru = toucher du doigt
u/o     ma kuru  = être bossu               ; ma koro = être resté
/u/ est une voyelle arrière, arrondie, étirée
o/ɔ      tologo = vingt                      ; tɔlɔgɔ = jambe
o/e      bi goro = rester                   ; bi gere = pointer
o/u      bi doro = passer                  ; bi duru = renverser le tô
/o/ est une voyelle arrière, mi-fermée, arrondie
 ɛ/a         ma tɛ =avoir sculpté                   ; ma ta = avoir trouvé
ɛ/i         bi dʒɛrɛ   =être petit                    ; bi dʒɔrɔ = planter
/ɛ/ est une voyelle avant, étirée et mi-ouverte
ɔ/ɛ   bi ɲɔnɔgɔ  =peindre                 ; bi ɲɛnɛgɛ = être rouge
ɔ/a   bi dɔ?ɔ  =supporter des mains             ; bi da?a = suivre
¡/o   ma kɔlɔ = récolter                       ; ma kolo = être tordu
/ɔ/ est une voyelle arrière, mi-ouverte et arrondie
e/ɛ     bi dʒele =forniquer                        ; bi dʒɛlɛ =aiguiser
e/i      ma tire  =avoir tiré                      ; ma tiri = avoir oint
e/o        bi lege = faire entrer                                         ; bi logo = entendre
/e/ est une voyelle avant mi-fermée et étirée
i/u         ma kiri  =être évanoui                 ; ma  kuru  =être plié
i/e        bi dʒirige  = s’évanouir             ;bi dʒerege =tourner (une vis)                   
/i/ est une voyelle avant, étirée et fermée
Le sénoufo compte donc sept voyelles représentées dans le tableau suivant :
II. 1.4.Tableau vocalique du sénoufo

  étirée centrale arrondie
fermée i   u
mi-fermée e   o
mi-ouverte ɛ   ɔ
ouverte   a  

 

II.2. Modification de sons
II.2.1. longueur vocalique

voyelle brève équivalente longue Exemple  
a a: para/pa:ra gêner/ imiter
i i: ɲige/ɲi:ge lent/oreille
e e: tʃele/ tςe:le morçeau/ cuisse
ɛ ɛ: bɛrɛ/bɛ:rɛ vendre/déchiqueter
ɔ ɔ: tʃɔnɔ/tʃɔ:nɔ bute/déchiré
o o: gbogo/gbo:go guitare/buisson
u u: tugo/tu:go porter/agraver

 

II.2.2.Nasalisation

Voyelle orale Equivalente nasale Exemple
a ã dagi/d ã gi poser/toucher
i ĩ ti/tĩ surplus/enfler
e - -
ɛ ɛ̃ pɛ /pɛ̃ décortiquer/ opposé
ɔ ɔ͂ nɔ/nɔ͂ mordre/arriver
o - -
u ũ bi gu/bi gũ mourir/cueillir

 

II.2.3. Longueur + Nasalisation

longue nasale Exemple sens exemple
ã: pã: varan
ĩ: fĩ:ge blanc
-    
ɛ̃: tɛ̃: asseoir
ɔ͂: ŋɔ͂: untel
-    
ũ: tũ:na: pas du tout

 

II.2.4. Economie dialectale

Certains dialectes du cercle de Sikasso comme le kampworo, ne réalisent plus les labiovélaires, gb et kp. Elles sont remplacées par les labiales.

baanni "le vestibule" au lieu de gbaanni

II.3. La distribution

Le tableau de distribution

Lettre POSITION DANS LE MOT
initiale Médiale Finale
1 a x x x
2 b x x -
3 tʃ x x -
4 d x x -
5 e x - x
6 ɛ x - x
7 f x x -
8 g x x -
9 gb x x  
10 ? - x -
11 i x - x
12 dʒ x x -
13 k x x -
14 kp x x -
15 l x x -
16 m x x -
17 n x x -
18 ɲ x x -
19 ŋ x x -
20 o x - x
21 ɔ x - x
22 p x x -
23 r - x -
24 s x x -
25 ʃ x x -
26 t x x -
27 u x - x
28 v x x -
29 w x x -
30 j x x -
31 z x x -
32 ʒ x x -

On note  à travers ce tableau les lacunes distributionnelles suivantes :
-    pas de r à l’initiale
-    pas de consonne finale
-    A part les cas de palatalisation, labialisation, on ne trouve pas de syllabe de la structure CCV.
Quand un suffixe a comme consonne initiale l et que le radical contienne déjà un r, celui du suffixe a tendance à tomber. c ɛrɛ / cɛ(rɛ)lɛ "calebasse"

III. Variation phologique
III.1. Palatalisation
L’on a observé que certaines consonnes occasionnent devant les voyelles longues une diminution de la longueur de ces dernières. Ce fait est donc compensé par une palatalisation pour les voyelles étirées. Ce phénomène  est noté par l’apparition d’un son y entre les deux.
pja : un enfant
fje : un python
La palatalisation consécutive à l'amuisement d'une voyelle longue s'accompagne d'une ouverture de la voyelle :
Pɛ̃ɛgɛ donne  Pyɛ̃ɛgɛ   puis   pyaha
she    "aller"      w'a syɛ
La palatalisation entraîne dans les dialectes kampworo un mouillage de la latérale d'appui :ma  li   "manger"  donne ma yi  nyigi = le fait de manger
Dans ces parlers, la présence d'une consonne palatale entraine des difficultés de choix entre c,  sh et sy.  sicɛɛrɛ   donne sishɛɛrɛ     et sicyɛɛrɛ

III.2. Labialisation
L’on a observé que certaines consonnes occasionnent devant les voyelles longues une diminution de la longueur de ces dernières. Ce fait est donc compensé par une labialisation pour les voyelles arrondies. Cette labialisation est noté par l’apparition d’un son w entre les deux .
pwɔrɔ = toit en paille
fwɔ = enfler

III.3. Centralisation
L’on a observé un seul cas où certaines consonnes occasionnent devant la voyelle a longues une diminution de la longueur de cette dernière. Ce fait est donc compensé par une centralisation. Cette centralisation est notée par l’apparition d’un son / ǝ / entre les deux .
 kǝara : viande

I.    4. Choix orthographique de l’alphabet officiel du syenara
Le nom officiel retenu pour le sénoufo au Mali est syenara. L’alphabet proposé pour l’écrire est phonétique, c’est à dire qu’un même son sera toujours transcrit de la même manière et qu’un même signe representera toujours le même son.
Pour des raisons de comodité, certains signes étant très difficiles à réaliser, il a été décidé de remplacer les signes difficiles par d’autres plus faciles. c’est le cas pour les suivants :
-    La sonnante palatale j s’écrit  y
-    la constrictive glottale ? s’écrit h
-    dʒ s’écrira                             j
-    tʃ    «                                      c  
-    ʃ                                             sh
-    ʒ                                            zh
-    La longueur vocalique sera notée par le redoublement de la voyelle en question
-    la nasalisation d’une voyelle sera notée par l’adjonction de la lettre n à la fin de la syllabe.     

IV.Morphophonologie
IV.1. L’assimilation consonnantique
Plusieurs suffixes contenant la lettre l voient celle-ci se tranformer en n devant une syllabe nasale.
Plusieurs suffixes contenant la lettre p ou b voient celles-ci se tranformer en m devant une syllabe nasale.

IV.2. La longueur compensatoire
Dans certains contextes, les latérales  l/r/n donnent l’impression que la voyelle qui les suit est longue. Ceci est uniquement un phénomène de prosodie.

IV.3.voisement consonnantique
En morphophonologie, il existe un accent d’intensité qui influence la qualité des consonnes. Une variation liée au degré de voisement est imprimée à la première consonne du mot qui suit le mot accentué selon les règles du tableau suivant :

après un mot sans accent mot à accent Lettre succeptible de changer
gbaatɔnnɔgɔ grande maison nadɔnnɔgɔ grand homme t/d
sikaapile petite chèvre sadobile petite panthère p/b
ndigafuulo arrachide précoce ndevuulo maïs précoce f/v
seshɔngɔ champ -ferme vozhɔngɔ hutte-ferme sh/zh
shɔnkugo cheval mort jofanigugo âne mort k/g
cecyele femme rebelle najyele homme rebel c/j
kalɛɛsege champ de sorgho ndezege champ de maïs s/z

L’accent est seulement lexical. Les mots d’emprunt n’ont pas d’accent et ne peuvent pas provoquer le changement de la première consonne du mot qui les suit.
NB : dans le dialecte kampworo, ce voisement correspond à une prénasalisation du mots

après un mot sans accent mot à accent Lettre succeptible de changer
gbaatɔnnɔgɔ grande maison nantɔnnɔgɔ grand homme t/nt
sikaapile petite chèvre sadonpile petite panthère p/np/m
ndigafuulo arrachide précoce ndenfuulo maïs précoce f/nf
seshɔngɔ champ -ferme vonshɔngɔ hutte-ferme sh/nsh
shɔnkugo cheval mort jofaninkugo âne mort k/nk
cecyele femme rebelle nancyele homme rebel c/nc
kalɛɛsege champ de sorgho ndensege champ de maïs s/ns
Li manger Nyigi Les victuailles l/ny

 

IV.4. Glottalisation
En contexte vocalique (VCV), les consonnes vélaires (k/g) ont tendance à disparaître en passant par une période de glottalisation.

  glottalisation dévélarisation sens de l’exemple
gbaaga gbaha gbaa case
zanga zaha zaan pluie
pɛngɛ pɛnhɛ pɛɛn quartier
pɛgɛ pɛhɛ pɛɛ

vase

 

 

Blàdon : 2016-06-23     Yɛlɛmako laban : 2017-02-26


I fɛla Fɔ fasiri kan :

Captcha

Jagomajira

Fàkan bataki

Sìgidɔn

Jyɛn jamanaw

 

Mali duguw

Daɲɛsɛbɛn

Maralenw

2018

2017

2017-12

2017-10

2017-09

2017-08

2017-07

2017-06

2017-05

2017-04

2017-03

2017-02

2017-01

2016

2016-12

2016-11

2016-10

2016-09

2016-08

2016-07

2016-06

2016-05

2016-04

2016-03

2016-02

2016-01

2015